On jase ARG et transmédia avec Andrea Doyon, Alice & Smith.

L’ARG est quelque part l’ancêtre du transmédia; même s’il continue encore de nos jours à se développer et à se raffiner, évolution technologique oblige.

Déjà, en 1997, le film The Gate ouvrait la voie à l’idée de faire prendre l’air au jeu, de le sortir de sa plateforme et d’intégrer des éléments de celui-ci dans la réalité physique de l’ARGonaute, via le téléphone ou la poste par exemple.

Par la suite, les I Love Bees, District 9, Year Zero de Nine Inch Nail, Batman poussèrent l’expérience encore plus loin, faisant continuellement éclater le genre. Qui plus est, because l’interactivité, l’ARGonaute devenait partie prenante de l’histoire, plutôt que passif spectateur.

Même McDo plongea dans la soupe transmédiatique avec son ARG The Lost Ring, expérience ludique internationale visant à souligner les jeux olympiques de Pékin (et l’implication de McDo dans les mêmes jeux, bien évidemment).

En fait, il y avait tellement de nouveaux ARGs que les amateurs du genre dûrent fréquenter unfiction pour tenir le compte et suivre la vague déferlante.

Alors donc de ce pas rejoindre Andrea qui nous parlera de la chose de façon beaucoup plus éclairée que moi-même. Bon pizzcast!

Lisez  l’article « Le transmédia – raconter sans frontières » publié dans l’édition du 25 janvier 2016 du Grenier Magazine . Joignez0-vous à la conversation sur Twitter via le #GrenierMag et mon identifiant @pizza4all.